La maison de culture : prendre ses précautions.

Savez-vous ce qu'est une maison de culture ?
Ce sont des maisons qui ont été identifiées comme ayant servi ou servant à la culture de marijuana.
Il faut savoir que bien que la Loi sur le cannabis soit maintenant en vigueur, la production ou culture du cannabis demeure illégale au Québec sauf pour des fins médicales autorisées.

Ainsi, le vendeur d'une propriété se doit de divulguer aux potentiels acheteurs l'existence d'une culture actuelle ou passée dans sa propriété.

Seulement, si cette mention ne nous est pas divulguée en tant que futur acheteur, il existe quelques indices qui peuvent révéler ce fait. Voici une liste, non exhaustive, de ces indices que vous pourrez noter lors de vos visites mais qui vous seront aussi et surtout remontés par une inspection et ou votre courtier immobilier.

  • maison remise en vente rapidement;
  • maison très peu meublée;
  • comptes d’électricité élevés ou ayant connu une variation significative;
  • compteur électrique trafiqué, par exemple par le tronçonnage du mât électrique avant le compteur;
  • mât électrique neuf;
  • signes d’un trop haut niveau d’humidité, notamment dans l’entretoit (isolant mouillé, ferme du toit noircie);
  • formation de glace aux sorties de ventilation et aux cheminées;
  • présence de déshumidificateurs à des endroits inhabituels et inappropriés;
  • traces d’humidité dans la cheminée du foyer;
  • signes de corrosion sur les prises de courant ou les interrupteurs, les bases de poteaux de métal, etc.;
  • planchers spongieux;
  • parfums camouflant l’odeur de pourriture;
  • papier peint décollé et peinture écaillée;
  • plafonds et châssis de fenêtre fraîchement peints;
  • nécessité de mesurer le taux d’humidité de l’air ambiant (avec un hygromètre à bulle) ou dans les murs (avec un hygromètre à contact);
  • odeur très forte et inhabituelle;
  • spores de moisissure apparaissant sur le mur nord ou dans des endroits sans ventilation (la moisissure est causée par la présence d’humidité, de chaleur et de cellulose [bois, carton, peau]);
  • taches de moisissure sur les murs, trous colmatés d’environ un pied de diamètre dans le plancher et le plafond des garde-robes, dans les murs de séparation du sous-sol ou encore près du mât électrique;
  • gonflement des murs de placoplâtre, clous renfoncés au plafond;
  • cheminée non connectée dans l’entretoit.

 

Source : Oaciq